S’occuper de sa piscine en hiver

Lorsque la saison des baignades est définitivement terminée, et que les températures commencent à descendre, cela signifie qu’il est désormais temps de mettre la piscine hors sol, ou creusée en hivernage.

Contrairement à ce que l’on pense, il ne faut surtout pas vider le bassin, surtout pour une période plus ou moins longue, au risque d’exposer la structure à la pression du terrain qui l’entoure, et de provoquer par la suite des fissures au niveau de ses parois. Poser une bâche ne suffit pas. Il faut également préparer l’eau au processus d’hivernage. Pour ce faire, vous devez donc commencer par contrôler le pH, c’est-à-dire le critère qui définit la qualité de l’eau.

Sachez que l’eau est basique lorsque le pH est supérieur à 7, et acide lorsque cette référence est inférieure à 7. Le principe de protection est donc de faire en sorte que la valeur obtenue soit comprise entre 7 et 7,4 en utilisant un correcteur. Vous devez également entretenir le filtre, en procédant au détartrage et à l’arrêt de la filtration. Pour cette seconde étape, pensez donc à appliquer un produit dédié qu’il faudra laisser agir pendant 12 heures, avant de lancer un lavage à contre-courant au sein même du filtre. Un traitement plus conséquent est même recommandé au niveau des paniers de skimmer.

L’hivernage passif

L’hivernage passif est la première méthode qui assure la protection des installations ainsi que l’eau de la piscine pendant la rude saison hivernale. Cette technique est conseillée aux propriétaires des bassins localisés dans les régions très froides, et où les conditions climatiques de l’hiver risquent d’endommager la structure. L’hivernage passif a donc pour objectif de mettre la structure en sommeil pendant quelques mois, grâce au nettoyage et à l’entretien de l’eau du bassin ainsi que l’arrêt de la filtration. Pour que la méthode soit efficace, vous devez tout de même effectuer quelques gestes bien précis :

  • nettoyer le bassin en profondeur,
  • faire en sorte que l’eau soit entièrement saine,
  • baisser le niveau de l’eau,
  • procéder à la vidange du système de filtration pour éviter le gel de l’eau et la dégradation des équipements,
  • utiliser un produit anti-calcaire et anti-algues pour protéger aussi bien l’eau que le bassin,
  • installer des équipements d’hivernage comme les bouchons, les flotteurs ou
  • les ballons d’hivernage pour éviter la dégradation des équipements et éviter le gel,
  • installer une couverture d’hivernage.

L’hivernage actif

L’hivernage actif est pour sa part une protection réservée aux bassins qui se situent dans des zones où la période hivernale est plus douce. Cette technique est également conseillée aux infrastructures dotées d’un système de chauffage, et qui ne craignent donc pas le gel. Lors de l’hivernage actif, vous serez amenés à maintenir la filtration de l’eau, mais à un rythme nettement plus faible, c’est-à-dire pendant environ deux heures par jour. À la différence de l’hivernage passif, l’hivernage actif est moins contraignant.

Vous n’aurez qu’à verser un produit d’hivernage dans la piscine au début de l’hiver, créer quelques mouvements dans l’eau afin d’éviter le gel et vérifier l’équilibre ainsi que le pH de l’eau de manière régulière. Il ne faut pas non plus oublier de paramétrer le coffret hors-gel, de manière à ce qu’il puisse démarrer automatiquement la pompe lorsque l’eau atteint une certaine température. Sachez tout de même que la mise en place d’une bâche d’hivernage n’est pas obligatoire en hivernage actif.

N’hésitez pas à consulter l’annuaire du site afin de trouver un professionnel certifié qui vous guidera dans les différentes étapes de l’entretien et de l’hivernage de votre bassin.

Pour en savoir plus :
Paysagiste à Lyon : jardin et potager